Amendes de Noël | Mauvaises fêtes pour les contrevenants au volant de direction

Amendes de Noël | Mauvaises fêtes pour les contrevenants au volant de direction

On est tous mieux à Noël. Sauf le Code de la route, qui non seulement n’est plus bon, mais qui a tendance à s’aggraver pendant les vacances.

Même dans ces festivités viennent ponctuellement les tours de vis contre les automobilistes trop “euphoriques”.

Noël est peut-être le moment le plus magique de l’année et, grâce à son ambiance, ses lumières, ses décorations, ses vacances sur la neige et ses toasts, il y a ceux qui sont un peu trop portés par la joie.

Voyons donc ce qui est en jeu dans le cadre des fêtes et comment éviter les amendes et les pénalités qui rendraient Noël très malheureux.

Des tickets de Noël. Attention aux toasts.
Tu conduis, tu ne bois pas. C’est le principe auquel nous devons adhérer. Mais, tu sais, les fêtes sont l’heure du toast et de l’euphorie.

Même au milieu de la joie de Noël, nous ne devons jamais oublier les règles imposées par le bon sens et la responsabilité, ainsi que celles dictées par le Code de la route.

Pour les conducteurs expérimentés (ceux qui ont plus de 3 ans de permis de conduire), le cds prévoit la limite obligatoire d’un demi gramme d’alcool par litre de sang.

Tolérance zéro pour les nouveaux conducteurs. Pour eux, le cd prévoit une interdiction absolue de boire avant de prendre le volant pendant une période de 3 ans après l’obtention du permis.

Sanctions
Pas de primes de Noël. Les peines pour les transgresseurs sont très lourdes.

Les amendes varient en fonction de l’infraction et du taux d’alcoolémie constaté :

amende de 532 euros : pour tout conducteur ayant un taux d’alcoolémie compris entre 0,5 et 0,8 gramme par litre de sang ;
sanction de 800 euros pour les conducteurs dont le taux est compris entre 0,8 et 1,5 gramme ;
amende jusqu’à 1 500 euros pour tous ceux qui ont un taux supérieur à 1,5 grammes. Quoi qu’il en soit, le permis de conduire est assorti de mesures sérieuses, quel que soit le niveau d’ivresse.
Enfin, des mesures très strictes de nature pénale pour le conducteur qui, sous l’influence de l’alcool, se rend coupable d’accidents. Pour le contrevenant qui cause des accidents avec blessures de plus de 40 jours de pronostic, le cd prévoit le crime d’homicide sur la route et les blessures, entraînant la suspension du permis de conduire. Dans les cas les plus graves, il est prévu que le juge ordonne le retrait pour une période fixe de 5 ans.

Des tickets de Noël. La route n’est pas une piste
C’est reparti pour la prochaine fois. Comme tous les Noëls, vous apportez de l’eau à la gorge. Courir pour trouver des cadeaux, courir pour dîner en famille, courir pour faire du shopping, courir pour dîner, etc. Bref, sous les festivités, on se retrouve souvent à pousser volontiers sur l’accélérateur.

Les sanctions prévues en cas d’excès de vitesse
“Dure vie pour les retardataires de Noël.”

Le code de la route a toujours veillé à sanctionner sévèrement les infractions liées aux excès de vitesse, l’une des principales causes d’accidents.

Le code ne prévoit que des sanctions pécuniaires :

41 euros d’amende pour l’automobiliste qui dépasse la vitesse maximale autorisée avec une marge ne dépassant pas 10 km/h ;
168 euros de pénalité pour dépassement de la vitesse maximale autorisée dans une marge supérieure à 10 km/h et inférieure ou égale à 40 km/h.
pour ceux qui dépassent la limite de 40 km/h mais dans la limite de 60 km/h, la pénalité peut aller jusqu’à 527 euros.
Enfin, pour tous ceux qui dépassent la limite de plus de 60 km/h, une amende de 821 euros est prévue.
Dans le pire des cas, des mesures pénales sont envisagées.